P. Martial-Lekeux o.f.m. Voie raccourcie de l'amour Divine,
à l' École de Saint François D'Assise

Déchetement de soi-2-Pacification
Jean de Bonilla : traité de la paix de l'âme

 
1- Le dépouillement intérieur   Propos du bienheureux
Frère Richer de Mucie
3-La technique du combat spirituel
Alphonse de Madrid : L'art de servir Dieu
2- Pacification  Jean de Bonilla :
traité de la paix de l'âme
4-En quête de l'aide divine  Barthélemy de Saluces :
L'âme demande au Maître divin de l'instruire et de la seconder.

PACIFICATION

Il est donc souverainement utile et salutaire que nous rejetions tous les intermédiaires entre Dieu et nous, que nous nous dépossédions nous-mêmes, que nous mourions à toutes les choses créées, et que, ne plaçant plus nul espoir en nous ni en aucune créature, nous nous jetions avec confiance en Dieu, qui nous recevra avec bonté, nous conduira amoureusement et nous mènera à notre fin bienheureuse.

Quand nous voyons les commerçants risquer leur vie et leurs espoirs pour des bénéfices temporels, s'exposant allégrement aux innombrables périls des routes et des mers, et les soldats faire de même pour une gloire terrestre, marchant au-devant des glaives, des combats et de la mort, alors que bien souvent pourtant ces hommes n'atteignent ni la gloire ni les profits convoités et que, s'ils les obtiennent, ils sont certains de les perdre quand même un jour, avec combien plus de raison devons-nous en agir ainsi pour une gloire et un gain spirituel et pour des biens certains qui dureront éternellement : et d'autant plus que nous ne nous exposons à aucun danger.

Oui, celui qui, une bonne fois, procéderait à cette désappropriation avec une âme ferme, fidèle et pure, commencerait à bref délai, voire avant peu de jours, à éprouver ces bienfaits et à goûter la douceur divine; et en persévérant dans ce même dépouillement, il constaterait clairement et saurait d'expérience combien est vrai tout ce que nous venons de dire : en sorte que, sortant de l'oraison avec une âme ardente et amoureuse, il embrasserait les seules choses divines, regardant ce monde terrestre avec une sorte d'étonnement et de stupeur, comme dans un rêve et comme devenu un autre homme : et, venant d'un autre monde, il n'aurait plus pour ce monde-ci qu'un absolu mépris et ne souffrirait plus qu'avec peine de le voir, à cause de l'éloignement opéré entre son âme et lui et de sa très suave transformation en Dieu, qui vit et règne dans les siècles des siècles.

A la très sainte et indivisible Trinité, et à l'Humanité crucifiée de Notre-Seigneur Jésus-Christ, et à la pureté sans tache de la bienheureuse Vierge, gloire éternelle dans l'infinité des siècles.

Celui qui se sera pénétré de ces pensées se sentira pressé, s'il veut vraiment aimer Dieu, d'opérer en soi cette « désappropriation » qui seule l'introduira dans la lumière divine et la perfection de l'amour : la réflexion appelle l'action, faute de quoi elle serait vaine. Et l'action immédiate. Or ce renoncement de toutes les heures a ses règles, et c'est toute une tactique qu'on aura à observer dans ce combat spirituel.

Deux écrivains remarquables vont ici nous servir de guides. Le premier est l'Espagnol Jean de Bonilla (4).

Le premier objectif, dit-il, est d'assurer la pacification de l'âme, ce qui se fera par une certaine discipline de renoncement intime : imprimer au coeur une orientation surnaturelle par le refoulement systématique de tout ce qui pourrait le troubler dans sa recherche de Dieu, et créer ainsi une solitude intérieure où l'âme est sans désir hors celui de l'amour divin. Dieu, alors, répond à ce désir purifié; il vient s'établir dans l'âme pour y exercer son action.

Telle est la doctrine du célèbre petit Traité de la paix de l'âme. C'est à contrecoeur que, faute de place, je ne donne qu'une partie du précieux opuscule. Aussi bien ces premiers chapitres correspondent plus directement au sujet qui nous occupe.

TRAITÉ DE LA PAIX DE L'AME par Jean de Bonilla (I re partie)

I. — DE QUELLE NATURE EST NOTRE CŒUR ET  COMMENT IL DOIT ÊTRE GOUVERNÉ

Sachez-le, Dieu vous a donné un coeur très noble, créé pour l'aimer uniquement et pour se fondre en lui. Avec cet amour vous obtiendrez de votre coeur tout ce que vous voudrez : la vertu vous sera aimable et les choses les plus pénibles vous deviendront faciles. Si, au contraire, vous ne comptez que sur vos forces, vous ne réaliserez jamais rien.

Avant tout, voyez donc à bien établir l'orientation de votre coeur, en sorte que dans votre vie l'extérieur procède de l'intérieur. Les pénitences et autres exercices d'ascèse sont louables si l'on y met la discrétion que requiert la condition de chacun; pourtant, s'ils ne sont commandés par cet esprit intérieur, loin de produire aucune vertu, ils n'engendreront que vanité, et vous vous fatiguerez en pure perte.

La vie de l'homme sur la terre est une bataille, dit le saint homme Job. Vu cet état de guerre, il convient de veiller : il faut monter la garde autour de votre esprit pour le maintenir, en tous ses mouvements, dans le calme et la tranquillité. Que s'il surgit en votre âme quelque agitation désordonnée ou quel­ que émotion dans les sens, tenez-vous prêt à réprimer aussitôt ces mouvements et à apaiser votre coeur : ne le laissez pas se dévoyer ni se détourner vers quoi que ce soit. Agissez de la sorte chaque fois que vous vous sentirez troublé.

En ces exercices d'ailleurs, procédez sans violence, avec suavité : car tout votre effort doit tendre à maintenir votre coeur dans la paix et à ne jamais permettre qu'aucun désordre vienne troubler sa sérénité.

II. — Du SOIN QUE DOIT AVOIR L'AME DE SE PACIFIER

Que votre premier soin soit donc de placer cette sentinelle de paix sur vos sentiments; cette façon de faire vous mènera à de grandes choses, et cela sans aucune peine et avec beau­ coup de douceur et de sûreté.

Sans doute, avant d'acquérir une telle paix, vous aurez fort à faire, faute d'expérience, mais votre âme trouvera grande consolation en quelque adversité qu'il lui advienne; et de jour en jour, vous apprendrez à mieux garder votre esprit en repos.

Si quelque jour vous vous trouvez angoissé au point qu'il vous semble impossible de conserver cette sérénité, recourez aussitôt à la prière et persévérez dans l'oraison, à l'exemple du Christ notre Rédempteur, qui par trois fois pria dans le Jardin pour vous laisser un exemple; que tout votre secours et votre réconfort soit dans l'oraison : ne la laissez pas avant de sentir votre volonté conformée à celle de Dieu, apaisée et pacifiée.

Que si vous êtes occupé à quelque travail, manuel ou autre, ne vous obstinez pas à vouloir à toute force le terminer au plus tôt et à gagner sur le temps qu'il exige, mais acquittez-vous-en paisiblement et avec le plus grand calme : car votre principale intention doit être de garder toujours Dieu présent à votre mémoire, sans trouble, sans aucun souci sinon de le satisfaire lui seul. Si vous travaillez dans d'autres dispositions, vous ver­ rez l'inquiétude et le désordre renaître dans votre âme.

A force de tomber et de vous relever, vous apprendrez à être sur vos gardes : et vous constaterez que tout ce qu'il y a de mal en nous vient de notre amour-propre et de cette prétention de voir toutes choses tourner selon notre volonté, si bien que la contrariété nous dépite, nous trouble et nous attriste.

III. - COMMENT SE CONSTRUIT CETTE DEMEURE PACIFIQUE

Veillez à ne jamais laisser votre coeur s'agiter, se tourmenter, s'irriter, ni s'engager dans une affaire qui l'encombre. Mais faites constamment effort pour vous garder paisible, car le Seigneur a dit : « Bienheureux les pacifiques. » Si vous agissez de la sorte, il bâtira dans votre âme une Cité de paix et il fera de vous sa maison de délices.

Tout ce qu'il vous demande, c'est, chaque fois que votre âme est soulevée par quelque passion, de vous appliquer à l'apaiser, rétablissant le calme en tous vos actes, pensées et désirs.

Mais de même qu'une ville ne se bâtit pas en un jour, n'imaginez pas atteindre en une fois à cette paix et cette tranquillité intérieure : car c'est là édifier une demeure pour le Seigneur et faire de vous son temple; or, c'est ce même Seigneur qui doit construire l'édifice : par vous-même vous travailleriez en vain.

N'oubliez pas que le principal fondement de cet exercice est l'humilité.

IV. - POUR ACCÉDER A CETTE PAIX L'AME DOIT SE DÉTACHER DE TOUTE SATISFACTION

Pour entrer par cette porte de l'humilité, vous devez vous efforcer d'embrasser comme des soeurs les tribulations, ne nourrir d'autre désir que d'être, parmi tous, le plus méprisé et de n'avoir personne qui vous console, sinon Dieu seul : il faut fixer dans votre esprit cette conviction qu'il est votre unique bien et que tout le reste n'est pour vous que ronces et épines.

Apprenez ainsi à votre âme à rester seule avec Dieu; songez que s'il vous était fait un affront et que vous vous voyiez couvert de honte, vous devriez en être heureux et le supporter avec joie dans la pensée que Dieu est là et que tout votre désir et votre volonté est de souffrir pour son amour et pour sa gloire.

Vous devez vous contraindre à vous réjouir quand on vous dit des paroles offensantes, qu'on ne vous apprécie pas à votre valeur ou qu'on vous reprend, car sous cette écorce il y a un grand trésor : l'épreuve bien supportée est un savon qui lave toutes les fautes. Pour tout dire, ne cherchez ni l'estime, ni que personne vous aime en cette vie, ni que l'on fasse cas de vous, mais qu'on vous permette de souffrir pour Jésus crucifié.

Gardez-vous de vous-même comme d'un ennemi; ne suivez pas votre volonté, vos goûts, vos désirs, si vous ne voulez vous perdre. N'ayez d'armes que pour vous défendre contre vous-même. Chaque fois que vous serez porté à vouloir une chose, si sainte qu'elle soit, commencez par la déposer, seule et dépouillée, avec une profonde humilité, devant le Seigneur, le suppliant que sa volonté s'accomplisse en elle; et cela avec un désir pur, sans aucun mélange d'amour-propre, sachant que de vous-même vous n'avez rien de bon et que, victime de votre propre jugement, vous vous laisseriez tromper par les semblants d'une sainteté et d'un zèle indiscret dont Notre-Seigneur a dit : « Gardez-vous des faux prophètes qui viennent sous des peaux de brebis et qui sont des loups rapaces; vous les reconnaîtrez à leurs fruits. »

Leurs fruits, c'est de laisser dans l'âme l'inquiétude et le trouble.Tout ce qui vous éloigne de l'humilité, de la paix et du calme intérieur, quelque belle apparence que revête cette chose, est un faux prophète et un loup dangereux : sous une figure de brebis, elle vient vous dérober l'humilité et vous priver de cette paix nécessaire à qui veut progresser : si bien que ce qu'on a gagné en bien des jours et avec beaucoup de peine est perdu en peu de temps, arraché par ces fauves. Et plus la chose aura des dehors de sainteté, plus il importera de l'examiner, et cela avec grand calme et détachement intérieur, comme il a été dit. Que s'il vous arrive de faillir en l'une de ces rencontres, ne vous troublez pas, mais humiliez-vous devant le Seigneur, reconnaissez votre infirmité et tenez-vous sur vos gardes pour l'avenir : peut-être Dieu l'a-t-il permis pour rabattre quelque orgueil caché dans votre coeur, qu'il vous aide ainsi à démasquer.

Et si parfois quelque étincelle du vice vient à atteindre votre coeur, ne vous inquiétez pas, mais redoublez de vigilance, dégagez doucement votre esprit et retirez-le dans son refuge de paix, et là, gardez votre âme sereine et pure devant Dieu, que vous trouverez en vous, vous tenant bien assuré que sa volonté tend toujours à notre bien.

V. — COMMENT L'AME DOIT DEMEURER DANS  LA SOLITUDE POUR QUE DIEU OPÈRE EN ELLE

Vous devez tenir votre âme en haute estime, parce qu'elle est un temple où Dieu séjourne. Qu'elle vous soit d'un si grand prix que jamais vous ne la laissiez se mésallier avec aucune autre chose sous le ciel; que toute votre espérance et votre confiance soit dans la venue du Seigneur, qui veut la trouver seule : seule dans ses pensées, seule dans son amour, seule dans ses désirs, seule et sans volonté sinon la sienne.

Ne cherchez pas indiscrètement ni sans l'avis de votre père spirituel à assumer des pénitences pour les offrir à Dieu, mais disposez votre volonté à souffrir pour son amour ce que lui- même voudra et comme il le voudra. Ne faites jamais ce que vous désirez, mais ce que Dieu désire de vous. Que votre volonté soit toujours détachée de toutes parts et votre coeur libre : en un mot, ne désirez rien.

Ou si vous avez quelque désir, que ce soit de telle sorte que s'il n'arrive pas ce que vous souhaitiez et qu'il survienne tout le contraire, vous n'en éprouviez aucune peine, mais gardiez votre âme aussi sereine que si vous n'aviez rien désiré.

Dieu veut votre âme solitaire pour y opérer ses merveilles. O solitude où s'élève la haute cité de Jérusalem! O désert d'allégresse! O ermitage où nous pouvons si facilement jouir de Dieu! Ah! ne vous arrêtez pas en chemin, enlevez vos chaussures pour y pénétrer, car cette terre est sainte. Ne vous attardez pas à saluer personne en route, laissez les morts ensevelir leurs morts : vous allez au pays des vivants, la mort n'a point de part avec vous.

VI. — DE LA PRUDENCE A OBSERVER DANS L'AMOUR DU PROCHAIN POUR QU'IL NE TROUBLE PAS CETTE PAIX
L'expérience vous montrera combien cette voie est excellente pour conduire à la vie éternelle, car elle répandra en vous la charité : amour de Dieu et du prochain. Mais si l'amour de Dieu n'a pas de limites, celui du prochain en a : si vous n'y apportez une juste modération, il vous ruinera, et sous prétexte d'édifier les autres, vous vous détruirez vous-même. Vous devez aimer votre prochain de telle manière que votre âme n'en souffre pas de dommage.

Ne faites jamais rien dans l'unique intention de donner l'exemple à autrui ou pour gagner d'autres âmes : vous n'en tireriez rien, sinon du détriment pour vous-même. Accomplissez toutes choses simplement et suavement, sans rien chercher qu'à faire plaisir à Dieu. Humiliez-vous en chacune de vos actions, sachant combien peu, par vous seul, vous les rendriez utiles aux autres. Veillez à n'y point perdre la paix.

Vous devez toujours avoir soif du bien du prochain, mais à condition que ce désir vous vienne de Dieu et mon pas d'un zèle indiscret.

N'essayez pas de semer vous-même : laissez faire le Maître, et attendez en repos qu'il vienne louer vos services.

Laissez toute préoccupation, marchez seul et détaché de tous côtés, pour que Dieu vous revête de lui et vous donne ce qui dépasse vos moyens; oubliez-vous vous-même, et que seul l'amour vive en votre âme. Ainsi donc, sans aucune agitation qui pour­ rait vous enlever la paix, vous devez contenir vos élans afin de conserver Dieu en vous en toute tranquillité. Car ce silence est un cri, et cette pauvreté est toute acquisition.

Cela n'est autre que de remettre votre âme à Dieu, de ne pas penser faire quelque chose de vous-même, de comprendre que Dieu seul a le pouvoir de tout faire et que, quant à vous, pour vous mener à ce silence, il veut uniquement que vous vous humiliiez devant lui et que vous lui offriez une âme dégagée de tout ce qui est de la terre, avec un affectueux désir que s'accomplisse en vous, parfaitement et en tout, sa divine volonté.

VII. - QUE L'AME NE DOIT CHERCHER NI RÉCONFORT  NI RIEN QUI LUI DONNE DU PLAISIR, HORS DIEU

Recherchez toujours les choses pénibles, et réjouissez-vous d'être là où vous trouvez moins d'amitié et plus de sujétion : en fin de compte, tout doit vous être motif d'aller à Dieu sans que personnne puisse vous arrêter en chemin; et vous devez trouver de la joie à ce que tout vous soit amertume, que Dieu seul vous reste et que sans cesse votre âme se repose en lui.

Offrez toutes vos peines à votre Seigneur. Aimez-le et confiez- lui votre coeur sans nulle crainte : il résoudra vos doutes, vous relèvera si vous êtes tombé, vous pardonnera toujours et s'unira à vous chaque fois que vous y serez disposé. Si vous l'aimez, vous posséderez tous les biens. Offrez-vous simplement en sacrifice à lui en toute quiétude d'esprit. Pour vous soutenir dans le voyage et y marcher sans trouble ni ennui, vous devez, à chaque pas, disposer votre âme de manière à dilater votre volonté pour y recevoir pleinement celle de Dieu; et plus vous l'élargirez, plus vous recevrez. Puis vous mettrez votre action d'accord avec cette volonté.

Que jamais ce propos ne vous fasse défaut; et hors de lui ne désirez jamais rien : votre désir doit rester complètement libre. Je ne cesserai de le répéter, en toute rencontre déterminez-vous de toutes vos forces à être agréable à Dieu, et ne vous préoccupez de rien de ce que vous aurez à faire hors de l'instant présent, mais conservez-vous en liberté.

Il n'est pas interdit, bien entendu, que chacun s'occupe avec une diligence raisonnable des soins requis par son état, car cela est selon l'ordre voulu par Dieu et ne nuira pas à la paix et au progrès spirituel.

Mais en toute chose n'ayez d'autre intention que d'accomplir en ce moment ce que vous pouvez réaliser intérieurement, sans rien rechercher d'extérieur. Et ce que vous pouvez toujours faire, c'est d'offrir à Dieu votre volonté : ne cherchez, ne désirez rien de plus.

VIII. - QUE L'ÂME NE SE DÉCOURAGE PAS SI MÊME ELLE ÉPROUVE QUELQUE
TROUBLE OU DE LA RÉPUGNANCE A OBSERVER CETTE DISCIPLINE

Remarquez bien, cependant, que, plus d'une fois, vous vous sentirez troublé et privé de cette solitude et de cette liberté; les tourbillons de vos passions soulèveront dans votre âme la poussière du désordre. Mais le Seigneur vous enverra une rosée du ciel qui fécondera la terre sèche de votre cœur, rabattra la poussière et fera éclore des fleurs nouvelles et de suave parfum qui vous rendront chaque jour plus agréable à ses yeux.

C'est ce combat qui couronna les saints et leur valut de grands mérites.

Dès qu'une chose vient à vous troubler, dites : Le Seigneur, voici votre serviteur, que s'accomplisse en moi votre volonté. Je crois, Seigneur, que votre vérité ne peut me tromper, et c'est en elle que je me confie. Me voici, faites de moi ce que vous voulez, je n'y mettrai aucun obstacle : je suis à vous et pour vous seul. » Bienheureuse l'âme qui s'offre ainsi en sacrifice à Dieu chaque fois qu'elle a perdu le repos.

Que si ce combat se prolongeait et que vous ne parveniez pas à conformer votre volonté à celle de Dieu aussi vite que vous voudriez, ne vous rebutez pas pour autant : c'est la croix que le Christ vous demande de porter pour le suivre; et lui-même l'a portée pour vous servir d'exemple.

Si l'abattement vous gagne, contemplez-le dans la lutte qu'il soutint au Jardin des Olives, quand son humanité se refusait au supplice, et disant : « Père, s'il est possible, que s'éloigne de moi ce calice. » Mais aussitôt, replaçant son âme dans la solitude divine, car son vouloir était libre et ferme, il reprenait avec une profonde humilité : « Que ne se fasse pas ma volonté, mais la tienne. » Vous le voyez, cette même épreuve que vous tra­ versez, vous la constatez chez le Christ lui-même, notre modèle qui se donna à tous en exemple pour nous encourager; ne vous déconcertez donc pas de voir que bien des fois vous voudriez vous dérober et fuir les difficultés, mais persévérez dans la prière jusqu'à ce que votre volonté propre s'évanouisse et que vous ne vouliez plus rien, sinon voir celle de Dieu s'accomplir en vous.

Faites en sorte que plus rien ne trouve accueil en votre âme, même pour quelques instants, hors Dieu seul. Soyez sans fiel ni aigreur, n'arrêtez point vos regards sur la méchanceté et les mauvais procédés des autres, mais, comme un petit enfant, sans amertume et sans chagrin, passez votre chemin sans vous blesser à rien.

 
P. Martial-Lekeux o.f.m. Voie raccourcie de l'amour Divine,
à l' École de Saint François D'Assise
Menu-Pere-Martial-Lekeux-Voie-raccourcie-de-L-amour-divin.html
 
       

Pour lire les tweets du Pape François

cliquer sur ce logo

ou

Menu-Pape-Francois-L-Ensemble-des-tweets-du-jour.html


En tout temps vous pouvez revenir à la page Menu Principale
 
 
  index.html dchristiaenssens@hotmail.com  
 
Comme le papillon allez maintenant à vôtre tour porter la Bonne Nouvelle de Dieu et faire aussi connaître mon site merci beaucoup.