P. Martial-Lekeux o.f.m. Voie raccourcie de l'amour Divine,
à l' École de Saint François D'Assise

Déchetement de soi-4=EN QUÊTE DE L'AIDE DIVINE

 
EN QUÊTE DE L'AIDE DIVINE


La voie raccourcie de l'amour divin, on le voit, est, comme nous le disions, une voie ardue. Il nous y sera demandé, et à juste titre, de tels sacrifices qu'il n'est moralement pas possible à l'homme de réussir pleinement dans cette entreprise sans une aide puissante d'en-haut. Cette aide, ce surcroît de force, il faudra le demander.l ne sera pas nécessaire de beaucoup nous étendre sur ce point : il va de soi; la prière est toujours indispensable dans toutes les phases et les démarches de la vie surnaturelle : il faut tenir compte, toujours, du rôle prépondérant de la grâce. Nisi Dorninus aedificoverit... Si le Seigneur ne construit l'édifice, c'est en vain qu'on y travaillera. Or, si la grâce couronne notre effort — que d'ailleurs elle prévient d'abord — elle répond aussi à la prière : celle-ci est un facteur essentiel du combat spirituel, faute duquel tout se réduira à un moralisme purement humain. Si indispensable que soit le travail, il faut être bien convaincu que nous ferons plus de progrès par la prière que par nos efforts personnels.

Je crois ne pouvoir mieux faire que de donner comme exemple de prière (en condensé) quelques pages de Barthélemy de Saluces (6). Elles feront passer sur la sécheresse voulue des extraits précédents un courant de cette fraîcheur de coeur si spécifiquement franciscaine. Et puis cette façon confiante de s'adresser à Dieu sous forme d'un affectueux entre­ tien est sans doute la meilleure façon de prier.

L'ÂME DEMANDE AU MAITRE DIVIN DE L'INSTRUIRE ET DE LA SECONDER
par Barthélemy de Saluces (Extrait de l'Ecole de l'amour divin)

L'âme. —O Maître, me voici. Je ne suis pas digne de venir à vous : j'ai tant péché!

Jésus. — Sois bénie, mon enfant, puisque tu te repens,j'oublie tes fautes : tu sais que je t'aime; je voudrais mourir une fois encore sur la croix pour toi.

L'âme. — Doux Maître, que vous êtes prompt à pardonner! Oh! moi aussi je veux mourir plutôt que d'encore vous manquer. Mais, dites-moi, de grâce, comment je pourrais réaliser ce qui est mon seul souhait : allumer l'amour dans mon cœur.

Jésus. —Je t'ai jadis épousée dans mon Sang. Si tu veux renoncer au inonde et me donner ton cœur, je t'épouserai à nouveau, et je t'attacherai à moi par l'amour.

L'âme. — O Seigneur trop bon, tout mon désir est d'être toute à vous, trop heureuse que vous me preniez comme épouse, si vous le voulez bien.

Jésus. — Pour allumer la flamme, tu devras d'abord comprendre comment je t'ai aimée, beaucoup penser à ce qu'ici-bas j'ai fait pour toi, contempler ma Passion, et, pieusement, repasser sans cesse toutes ces choses dans ton coeur. Tu devras ensuite n'avoir plus qu'un souci : m'aimer, partout et toujours être en quête de cet amour, et, pour lui, mépriser et laisser tout le reste : car tu sais que je suis jaloux; je veux ton coeur, non pas en partie, mais entier. Beaucoup me vendent leur coeur contre des marchandises terrestres. Je ne veux pas que tu me vendes le tien, mais que tu me le donnes : je veux que tous tes biens soient à moi; et tous les miens seront à toi, par la grâce de mon Père et de l'Esprit-Saint qui te bénissent.

L'âme. — Jésus très doux, aimable Maître, envoyez-moi donc, je vous en supplie, ce feu vif et ardent du Saint-Esprit, comme vous l'avez autrefois répandu sur vos disciples; que sa flamme s'allume en mon cœur, et que je ne puisse plus me détacher de votre amour. O Esprit-Saint, Amour, Feu très ardent, venez, brûlez en moi, car sans vous jamais je ne pourrais enflammer ce coeur humide, froid et tout gelé. O Père de qui, avec le Fils, procède ce saint Amour, mettez-le dans mon cœur, qu'il le réduise en cendres, n'en fasse plus qu'une flamme d'amour et me rende ainsi capable de rejeter toutes choses de ce monde méprisable.

Père céleste, Fils Rédempteur du monde, Esprit-Saint qui êtes Dieu, ayez pitié de moi.

Sainte Marie, Mère de Dieu, Vierge parmi les vierges, intercédez pour moi, priez pour moi, faites que le feu de l'amour me brûle.

Saint Michel et vous tous, saints anges, priez pour moi. Saint Jean-Baptiste et tous les saints, et vous tout particulièrement saint François, mon père, et vous ma chère patronne sainte Madeleine, demandez à Dieu que le feu divin s'allume en moi, et que tout le reste me devienne indifférent.

Jésus. — Si, comme ma sainte amante Madeleine, tu restes agenouillée à mes pieds, tu y apprendras comme elle à renoncer au mal et à t'attacher au bien, et l'amour te sera donné.

L'âme. — Oh! oui, elle fut certes une disciple avisée de se mettre à pareille école. Maître très aimable, donnez-moi votre grâce : que sans cesse elle me pousse à vos pieds, que j'y demeure, que je vous écoute : car, je le vois, c'est là la seule méthode pour apprendre à être à l'abri du mal et à pratiquer le bien.

Jésus. — Mais fais bien attention à ceci : je ne puis séjourner dans un coeur souillé. Or, c'est en toi que je veux habiter.

L'âme. —Apprenez-moi donc, bon Maître, à l'apprêter pour qu'il vous soit une demeure agréable.

Jésus. — Tu devras pour cela le nettoyer sans relâche des impuretés que sans cesse le démon cherche à y déposer, puis l'orner de saintes pensées par une méditation assidue

L'âme. — C'est là un gros travail, Seigneur.

Jésus. — Oui, ma fille, l'amour ne s'acquiert pas sans peine. Mais sache qu'avec mon aide rien ne te sera trop difficile : je rendrai ton cœur si pur que ce qui te semblait impossible te paraîtra n'être plus rien.

L'âme. —Jésus, Amour très doux, en vous seul je me confie, en vous seul j'espère, car de moi-même je ne puis atteindre le moindre degré d'un tel amour.

JJésus. — Je serai avec toi, sois-en sûre. Mais après cela — et c'est ici qu'on trouve les veines les plus riches de l'amour — il te faudra encore porter la croix : si tu veux acquérir rapide­ ment l'or de l'amour, tu devras endurer patiemment toutes les tribulations, d'où qu'elles viennent. Et non seulement accepter la croix, mais l'aimer, et l'embrasser sereinement et avec joie.

L'âme. —O mon Amour très gracieux, il serait bien vilain et honteux à une épouse de ne pas suivre et imiter un Epoux si beau et si aimable, de le laisser aller, tout courbé sous une lourde croix et de vivre dans le confort et le plaisir. Aidez-moi, que votre grâce me fasse trouver votre joug suave, car je ne puis plus me séparer de vous. Oui, j'aime votre croix, je la réclame : mettez-la, je vous en prie, sur mes épaules. Et apprenez-moi à effacer par la pénitence toutes les souillures de mon coeur.

Jésus. — Enfin il faudra, ma soeur, mon épouse, que tu te donnes si entièrement à moi tout seul que je ne trouve plus de rival en ton coeur : que tu n'aies plus souci d'aucun bien ni de qui que ce soit en ce monde, mais, uniquement occupée de moi, que tout ton soin soit de m'aimer, de me faire plaisir et de m'apporter chaque jour les dons de ton amour.

L'âme. —O mon Epoux très cher, plutôt mourir que de m'éloi­ gner de vous. Je veux sans cesse vous porter sur mon coeur, et plus rien ne me fera changer, puisque j'ai trouvé un si ravissant Epoux.

JJésus. —Quelle joie tu me donnes, épouse chérie, à parler de la sorte! Mais je t'en prie, ne fais pas comme tant d'autres qui m'ont parlé de même et dans la suite m'ont délaissé. Souviens-toi que la chair est faible.

L'âme. —Oui, mon Amour, je ne sais que trop que cela pourrait m'arriver et que, laissée à moi-même, je ne suis capable que de vous trahir. Aussi je ne compte pas sur moi, mais sur vous pour me purifier, me fortifier, me libérer du mal et me donner des ailes qui me porteront jusque dans la Patrie où je vous aimerai à jamais, sans crainte et sans danger. Accordez-moi, mon Epoux très aimable, de vous aimer avec un coeur ardent; faites, par votre grâce, que, détachée de tout, je ne cherche plus que vous; liez-moi à vous; indissolublement, transformez-moi en vous, dans la pauvreté comme dans la richesse, dans le mépris comme dans l'honneur, dans le sang comme dans la joie. O mon Amour crucifié, Epoux très cher, très digne de tout amour, oh! non, je ne vous abandonnerai jamais, je vous aimerai toujours, vous et votre sainte croix, jugeant perdue toute heure que je passerais sans vous, mon unique et suprême Bien dont seul j'attends toute joie et que seul je désire. Blessez-moi de vos flèches ardentes, ne tardez pas, et qu'elles me fassent mourir pour que vous seul viviez en moi dans le temps et dans l'éternité.

 
P. Martial-Lekeux o.f.m. Voie raccourcie de l'amour Divine,
à l' École de Saint François D'Assise
Menu-Pere-Martial-Lekeux-Voie-raccourcie-de-L-amour-divin.html
 
       

Pour lire les tweets du Pape François

cliquer sur ce logo

ou

Menu-Pape-Francois-L-Ensemble-des-tweets-du-jour.html


En tout temps vous pouvez revenir à la page Menu Principale
 
 
  index.html dchristiaenssens@hotmail.com  
 
Comme le papillon allez maintenant à vôtre tour porter la Bonne Nouvelle de Dieu et faire aussi connaître mon site merci beaucoup.