Ermite Consacrée par voeux publics Grand-Parent
L'Organisme catholique pour la vie et la famille (OCVF)
 

Mon point de vue sur l'euthanasie.

quand votre tour Mme Pauline Marois

Ma grand-mère a eu l'euthanasie à la maison par un médecin sans scrupule, il ne voulait pas que son infirmière vienne avec lui, et il a piqué ma grand-mère devant ma tante Simone et ma Mère et ensuite il a signé le papier avis de décès, diagnostique  morte à cause de son cancer.

Heureusement pour le docteur il est mort lui aussi du cancer quelques années plus tard, j'espère qu'il a eu le courage de si piquer lui-même, mais à combien de patients il a posé se geste on en sait rien. Les visites à domicile a se côté de bon, si tu es riche, une enveloppe brune efface la mémoire de l'honnêteté heureusement que ce ne sont pas tous les médecins à domicile qui font cela.

Ma grand-mère avait 92 ans, elle avait encore un bon sens de l'humour et on pouvait facilement parler avec elle, quand elle a vu le médecin et la piqure, elle m'a regardé, mais je ne connaissais rien à Euthanasie, donc, je lui ai dit : ‘’que cela allait la soulager comme le docteur nous le dit, ’’ alors elle a accepté sa piqure tout en me parlant et soudain elle est partie avant même que le docteur a fini de donner la dose.

Je l'ai regardé avec des yeux pour le tuer, mais ma mère m'a dit que cela était ok elle dormait mais quand j'ai vu le corbillard arrivé que j'ai compris que cela était faux. Mais il était trop tard ma mère était riche et moi pauvre donc facile de passer des enveloppes brunes et que tout le monde arrive à la même version et la mienne ne comptait pas.

Mais elle était riche, ma mère elle pouvait acheter autant les médecins que les avocats et notaires et autres, elle n'avait aucun scrupule. Elle est morte en 2009 de la maladie Alzheimer et du cancer, démence mentale cela ne lui a rien donné son fils l’a volé pour donner son argent à des étrangers et il est mort lui aussi 2011 du cancer généralisé.

Aujourd'hui je sais qu'il faut un tout petit peu de chose à dire, que la personne est consentante et voilà elle est partie. Oui ma grand-mère demandait beaucoup de soin et aucunes infirmières à la fin voulaient venir à la maison pour la soigné car on n’était pas assez équiper et elle avait énormément maigris et la peau lui pendait de partout, mais cela n'était pas une raison pour la piquer. Mais ma mère et ma tante et mon frère avaient décidés autrement, maintenant ils ont eu le jugement de Dieu pour leur vie, moi, il me reste à prier pour eux.

Je vous en prie ne signer pas pour euthanasie car malgré nos souffrances, nos maladies, Dieu nous donne la force de vivre un jour à la fois. Je fais du diabète, de la Sclérose en plaque, une faiblesse osseuse de la colonne et un cancer, et 74 opérations à date, mais je refuse euthanasie et mes fils sont au courant. Je veux mourir avec toutes mes connaissances et entourer de mes fils et petits-fils et de ma belle-fille et non pas avec une équipe médicale qui veut avoir les morceaux qui me reste heureusement que je suis pauvre ermite même mes morceaux sont pauvres et peut serviable pour les autres.

Pour moi euthanasie c’est comme avortement un meurtre déguisé qui fait l’affaire des familles, des médecins malhonnêtes ainsi que leur semblable les avocats, juges, notaires, et compagnies d’affaires et surtout le gouvernement. Car si tu vis jusqu’à 100 ans tu ruines le gouvernement avec ta petite pension de vieillesse et le supplément garantie mais si on te tue en disant que cela est légal. Donc Euthanasie.

Mme Marois veut  sauver des milliards alors que fait-on des prisonniers qui nous goutent des milliards seulement pour regarder les 4 murs de leur cellule allons-nous les euthanasiés eux aussi pour sauver de l’argent ? Posez-vous la question c’est vous les payeurs de taxes qui paient pour eux, en plus de leur bs, de leur pension de vieillesse et de leur rente d’invalidité et aussi ceux qui ont placé de l'argent et qui attendent une fois sortie pour refaire leur vie, et ceux qui vendent leur livre pour de l'argent non impossable.

Notre jeunesse qui n’est pas capable de se garder de l’argent en Épargne ne pourront plus payer pour eux, donc on les tue par euthanasie ou on les libère pour qu’ils en tuent d’autres quel est votre choix?

Que fait-on des résidences pour personnes âgées, Mme Marois malgré toute sa richesse va-e-elle accepter de se faire euthanasié si elle prend trop de place dans chlsd? Es ce que les hôpitaux vont donner nos lits pour des plus jeunes et nous mettre dans les corridors comme cela se fait présentement?

+ Sr Denise Christiaenssens Ermite de la croix .o.f.s.

Le 12-06-2013

Nous ne devons pas donner à quiconque - et surtout pas nos médecins - le pouvoir de tuer

L'Organisme catholique pour la vie et la famille (OCVF) s'oppose radicalement les efforts actuels de l'Marois gouvernement pour camoufler l'euthanasie - un acte criminel qui relève de la compétence fédérale - comme une «aide médicale mourir "dans une loi injuste qui va avoir des conséquences dramatiques pour l'ensemble des Québécois. 

C'est très bien de jouer avec les mots, mais le fait demeure que tuer n'est pas bienveillant. Mettons un terme à la confusion la terminologie! Comme le Dr Yves Robert, secrétaire du Collège des médecins du Québec, a déclaré dans le magazine L'Actualité médicale (29 Janvier 2013),: «Appelons un chat un chat.Aide médicale à mourir est l'euthanasie ".

 Or, le Code criminel du Canada définit l'euthanasie comme assassiner. Il n'y a rien humanité ou de compassion en tuant une autre personne. En annonçant un «droit aux soins de fin de vie» pour tous, le gouvernement essaie de faire passer la pilule. Mais les soins de fin de vie est bien définie (Chapitre I, article 3, n ° 3) du projet de loi 52: «Les soins palliatifs pour les personnes à la fin de leur vie, y compris la sédation palliative terminale, et aide médicale à mourir."

Le projet de loi comprend donc une aide médicale à mourir (un euphémisme pour l'euthanasie) dans le cadre des soins palliatifs.Le «droit à des soins de fin de vie» est donc aussi un droit à l'euthanasie. Par ailleurs, une lecture attentive du projet de règlement laisse perplexe: par exemple, il ne sera pas nécessaire pour les patients d'avoir accepté tous les traitements disponibles (de l'article 6) avant de demander l'euthanasie. Il suffira pour le patient de faire l'expérience "constante et la douleur physique ou psychique insupportable qui ne peut être soulagée d'une manière que la personne juge tolérable» (chapitre IV, article 26, n ° 4). 

Soyons assez audacieux de considérer objectivement l' Belgique expérience des 10 dernières années. Dans un rapport intitulé "Dix ans d'application de la loi en Belgique" (Avril 2012), l'Institut Européen de Bioéthique signale une «pente glissante indéniable" et l'inefficacité du Comité d'Audit. Ainsi, le nombre annuel de cas déclarés d'euthanasie "est en constante augmentation": à partir de 235 cas en 2003 à 1133 cas en 2011. Le rapport souligne que «même si le texte de la dépénalisation de l'euthanasie loi exige le respect de conditions destinées à être très strict ..., nous voyons une pente glissante indéniable aujourd'hui .... 

L'euthanasie devient progressivement un acte normal et banal que les patients ont le droit d'avoir ». Le lobby pro-euthanasie exige maintenant l'euthanasie pour les enfants et pour les personnes atteintes de démence. Dans les pays qui ont légalisé l'euthanasie et le suicide assisté - malgré les garanties et les restrictions qui ont été mises en place - nous avons vu une dépréciation accrue de la vie humaine, en le nom de l'efficacité budgétaire, les personnes particulièrement vulnérables ont été encouragés à demander l'euthanasie ou au suicide. Ce danger est réel et est susceptible d'augmenter avec le vieillissement de la population, la hausse de la demande pour les services de soins de santé et les coûts connexes. 

Nous ne devons pas donner à quiconque - et surtout pas nos médecins - le pouvoir de tuer. Nous devons garder nos hôpitaux à l'abri et protéger les plus faibles et les plus vulnérables d'entre nous. C'est une question de sécurité publique, de la dignité, de la véritable compassion et de solidarité. Nous devons préserver la confiance mutuelle qui est le fondement des relations authentiques entre nous. La seule réponse humaine à la borne de la souffrance physique, psychologique et existentiel est celui des soins palliatifs, qui ne devraient jamais intégrer l'euthanasie parce que c'est une mesure tout à fait contraire à la philosophie des soins palliatifs. chrétiens ont une raison de plus pour la défense de la vie des plus faibles et plus vulnérables. La Parole de Dieu nous invite à le faire: "Tu ne tueras pas" (Matthieu 19:18) ... «De êtres humains ... je demanderai compte de la vie humaine» (Genèse 9:05).

 Et, comme un écho, nous entendons ces paroles du bienheureux Jean-Paul II: «Je confirme que l'euthanasie est une grave violation de la loi de Dieu, car il est le meurtre délibéré moralement inacceptable d'une personne humaine." (Evangelium vitae, n ° 65.). Convaincu de la beauté et de la grandeur du don de la vie humaine, même dans des circonstances parfois difficiles créées par la maladie ou au handicap chrétiens devraient néanmoins s'opposer à un traitement trop agressif et le maintien de la vie à tout prix. Ils savent que le refus ou la cessation des traitements extraordinaires, qui ne sont pas prévues pour supporter les fruits escomptés, n'ont rien à voir avec l'euthanasie.

Les disciples du Christ font de leur mieux pour suivre la voie de leur Maître de la vie, se souvenant toujours ses mots: " En vérité, je vous le dis, tout comme vous l'avez fait à l'un des plus petits de ces petits qui sont mes frères, vous l'avez fait à moi »(Matthieu 25:40). C'est pourquoi ils doivent être à l'avant-garde de la lutte pour s'assurer que les personnes qui approchent de la fin de vie ont accès aux soins rempli de compassion des soins qui leur permettra de vivre dans la dignité jusqu'à leur mort naturelle. 

Nous encourageons tous les Québécois qui s'opposent à la élimination de certains de leurs concitoyens par l'euthanasie à prendre la parole dans les médias et à contacter leurs membres élus de l'Assemblée nationale. Exprimant leur opinion n'est pas seulement un droit, mais un devoir de justice.

SOURCE: Organisme catholique pour la vie et la famille (OCVF) 

Pour plus d'informations, veuillez contacter: Michèle Boulva 613.241.9461, ext. 141 3

Cette information vient du site
http://www.colf.ca/mamboshop/index.php?option=com_content&task=view&id=287&Itemid=160

 
Ermite Consacrée par voeux publics Grand-Parent
Menu-Sr.-Denise-Christiaenssens-Ermite-de-la-croix.o.f.s.-grand-parent.html
Ce texte leur appartient Sr Denise Christiaenssens Ermite de la croix ofs
 
       

Pour lire les tweets du Pape François

cliquer sur ce logo

ou

Menu-Pape-Francois-L-Ensemble-des-tweets-du-jour.html


En tout temps vous pouvez revenir à la page Menu Principale
 
 
  index.html dchristiaenssens@hotmail.com  
 
Comme le papillon allez maintenant à vôtre tour porter la Bonne Nouvelle de Dieu et faire aussi connaître mon site merci beaucoup.