Professeur prêtre jésuite Georges-Henri Ruyssen canoniste
La réconciliation entre la Turquie et l’Arménie passe par la mémoire
 

La réconciliation entre la Turquie et l’Arménie passe par la mémoir
Anne Kurian on 1 July, 2016

Kohr Virap (Arménie) wikimedia commons (MrAndrew47)

Le processus de paix entre l’Arménie et la Turquie ne peut passer que par « une réconciliation » de cette dernière « avec sa mémoire », affirme le prêtre jésuite Georges-Henri Ruyssen. Spécialiste de l’Arménie, le canoniste professeur à l’Institut pontifical oriental à Rome, plaide au micro de Radio Vatican pour le respect de « la vérité historique » du massacre des Arméniens par les Ottomans en 1915-1917.

Après le voyage apostolique qui a eu lieu du 24 au 26 juin en Arménie, le chercheur belge salue l’utilisation par le pape François du terme ‘génocide’, contesté par la Turquie : « Ce mot est très fort car il renvoie à un crime prévu par le droit pénal international, et fait partie des crimes contre l’humanité qui sont les plus graves ». Ainsi, ajoute-t-il, « le pape n’a pas eu peur de le réutiliser (après l’avoir employé en avril 2015, ndlr) et a brisé de nouveau un tabou ».

Alors que le gouvernement turc a vu dans ce terme, prononcé au premier jour du voyage, « la mentalité des croisades », le père Ruyssen assure que le pape François ne veut pas « piétiner ou condamner la Turquie », mais qu’il s’en tient « à la vérité historique ». Le pape argentin veut « une réconciliation entre la Turquie et l’Arménie », souligne-t-il, impliquant d’abord une réconciliation de la première « avec sa mémoire », quitte à « remettre en question »  sa fierté afin de libérer « les Turcs de leur mauvaise conscience ».

Auteur d’ouvrages sur l’histoire du peuple arménien de 1894 à 1925, le père Ruyssen, assure qu’à l’époque du massacre, le pape Benoît XV était au courant « et le Saint-Siège faisait tout ce qu’il pouvait pour faire arrêter le génocide, sauver les chrétiens et porter secours aux réfugiés », alors que « les autres puissances regardaient ailleurs ». « Aucun peuple chrétien, ajoute le jésuite, n’a vécu dans sa chair pareil martyre par fidélité à sa foi ».

Evoquant « le parallèle qui est fait entre le génocide arménien et les persécutions que subissent aujourd’hui les chrétiens en Irak et en Syrie », le chercheur constate qu’« aujourd’hui comme à l’époque, la voix du pape est une des rares voix à s’élever en leur faveur », « dans l’indifférence des puissances chrétiennes ».

Avec une traduction d’Océane Le Gall

 
Les Professeurs
Menu-Les-Professeurs.html
Ce texte leur appartient
 
       

Pour lire les tweets du Pape François
cliquer sur ce logo

ou


Menu-Pape-Francois-L-Ensemble-des-tweets-du-jour.html


En tout temps vous pouvez revenir à la page Menu Principale
 
 
  index.html dchristiaenssens@hotmail.com  
 
Comme le papillon allez maintenant à vôtre tour porter la Bonne Nouvelle de Dieu et faire aussi connaître mon site merci beaucoup.