Pape François voyage en Italie ou Pv-en-Ita
"Quel bel exemple nous donne cette petite vieille !"
Traduction complète de l’angélus du 8 novembre 2015
 

"Quel bel exemple nous donne cette petite vieille !"-Traduction complète de l’angélus du 8 novembre 2015
Pape François -
Rome, 9 novembre 2015 

« Quel bel exemple nous donne cette petite vieille ! », s’exclame le pape François en commentant l’Evangile de ce dimanche 8 novembre, à l’angélus de midi, place Saint-Pierre. C’est le passage de « l’obole de la veuve ».

Le pape explique que la veuve, en juive pieuse, se sait aimée de Dieu : « Avec Dieu elle ne veut pas faire "moitié-moitié" : elle se prive de tout. Dans sa pauvreté, elle a compris qu’avoir Dieu c’est comme tout avoir ; elle se sent totalement aimée de Lui et elle l’aime alors, à son tour, totalement. Quel bel exemple nous donne cette petite vieille ! »

Après l’angélus, le pape François a évoqué le vol de documents confidentiel publiés par deux livres en Italie, n’hésitant pas à parler d’un acte « déplorable » qui est aussi un « délit ». La clémence de Benoît XVI dans une situation analogue n’a pas servi de leçon : cette fois, le même journaliste risque des poursuites.

Le pape suggère la grâce à demander : « Demandons au Seigneur de nous mettre à l’école de cette pauvre veuve, que Jésus, au grand étonnement des disciples, a fait monter en chaire et a présentée comme un "maître" vivant de l’Évangile. Par l’intercession de Marie, la femme pauvre qui a donné toute sa vie à Dieu pour nous, demandons le don d’un cœur pauvre, mais riche d’une heureuse et gratuite générosité. »

Voici notre traduction de l’allocution du pape avant et après la prière de l’angélus dominical.

A.B.

Avant l’angélus

Chers frères et sœurs, bonjour avec ce beau soleil !

Le passage de l’Évangile de ce dimanche comprend deux parties : l’une pour décrire comment ne doivent pas être les disciples du Christ ; l’autre pour proposer un modèle idéal de chrétien.

Commençons par la première : ce que nous ne devons pas faire. Dans la première partie, Jésus attribue aux scribes, maîtres de la loi, trois défauts qui se manifestent dans leur mode de vie : prétention, avidité et hypocrisie. Jésus dit qu’ils aiment « recevoir les salutations sur les places publiques, les sièges d’honneur dans les synagogues et les places d’honneur dans les dîners » (Mc 12,38-39). Mais sous des apparences si solennelles se cachent l’hypocrisie et l’injustice. Tout en se pavanant en public, ils utilisent leur autorité pour « dévorer les biens des veuves » (cf. v. 40), considérées avec les orphelins et les étrangers comme les personnes les plus vulnérables. Enfin, les scribes « font de longues prières, pour l’apparence » (v. 40). Aujourd’hui aussi le risque de tels comportements existe. Par exemple, quand on sépare la prière de la justice, car on ne peut effectivement pas rendre un culte à Dieu et en même temps nuire aux pauvres. Ou quand on dit aimer Dieu, alors qu’on met avant Lui sa propre vanité, son profit personnel.

Et la deuxième partie de l’Évangile d’aujourd’hui suit la même ligne. La scène a lieu dans le Temple de Jérusalem, à l’endroit même où les personnes jettent leurs pièces de monnaie en offrande. Il y a beaucoup de riches qui donnent beaucoup de pièces, puis une pauvre veuve qui n’en met que deux. Jésus observe attentivement la femme et attire l’attention des disciples sur le net contraste de la scène. Les riches ont donné, avec grande ostentation, leur superflu, alors que la veuve, avec discrétion et humilité, a donné « tout ce qu’elle avait pour vivre » (v. 44) ; elle a donc mis plus que tous les autres, dit Jésus. A cause de son extrême pauvreté, elle aurait pu offrir une seule pièce pour le Temple et garder l’autre pour elle. Mais avec Dieu elle ne veut pas faire « moitié-moitié » : elle se prive de tout. Dans sa pauvreté, elle a compris qu’avoir Dieu c’est comme tout avoir ; elle se sent totalement aimée par Lui et l’aime alors, à son tour, totalement. Quel bel exemple nous donne cette petite vieille !

Jésus, aujourd’hui, nous dit aussi que le critère de jugement ne doit pas être la quantité mais la plénitude. Il y a une différence entre quantité et plénitude. Tu peux avoir beaucoup d’argent, mais être vide : ton cœur n’est pas plein. Pensez, cette semaine, à la différence entre quantité et plénitude. Il n’est pas question de portefeuille, mais de cœur. Il y a une différence entre le portefeuille et le cœur… Il y a des maladies cardiaques qui rabaissent le cœur au niveau du portefeuille… Ça ne va pas ! Aimer Dieu « de tout son cœur » signifie avoir confiance en Lui, en sa providence, et le servir en servant nos frères plus pauvres sans rien attendre en échange.

Permettez-moi de vous raconter une anecdote qui s’est passée dans mon diocèse d’avant. Une maman était à table avec ses trois enfants ; le papa était au travail ; ils étaient en train de manger des côtelettes à la milanaise… A ce moment-là quelqu’un frappe à la porte et un des enfants – petits, 5, 6 ans, 7 ans le plus grand – revient et dit : « Maman, il y a un mendiant qui demande à manger. Et la maman, une brave chrétienne, leur demande : — Que faisons-nous ? — Donnons-lui quelque chose, Maman… —  Entendu. Elle prend sa fourchette et son couteau et coupe en deux les côtelettes. — Ah non, Maman, non ! Pas comme ça ! Prends dans le frigo. — Non ! Faisons trois sandwiches ! » Et les enfants ont appris que la vraie charité se fait non pas en puisant dans les restes mais dans ce qui nous est nécessaire. Je suis sûr que cet après-midi-là ils ont eu un peu faim… Mais c’est comme ça qu’il faut faire !

Face aux besoins de l’autre, nous sommes appelés à nous priver – comme ces enfants, de la moitié des côtelettes – de quelque chose qui nous est indispensable, pas seulement du superflu ; nous sommes appelés à donner du temps, pas seulement celui qui nous reste mais celui dont nous avons besoin ; nous sommes appelés à donner tout de suite et sans réserve un de nos talents, sans attendre de l’avoir utilisé au profit de quelque intérêt personnel ou de groupe.

Demandons au Seigneur de nous mettre à l’école de cette pauvre veuve, que Jésus, au grand étonnement des disciples, a fait monter en chaire et a présentée comme un « maître » vivant de l’Évangile. Par l’intercession de Marie, la femme pauvre qui a donné toute sa vie à Dieu pour nous, demandons le don d’un cœur pauvre, mais riche d’une heureuse et gratuite générosité.

Après l’Angélus

Chers frères et sœurs,

Je sais que beaucoup d’entre vous ont été troublés par les nouvelles qui ont circulé ces derniers jours au sujet de documents confidentiels du Saint-Siège volés puis publiés.

Je voudrais d’abord vous dire que le vol de ces documents est un délit. Et un acte déplorable qui n’aide pas. J’avais moi-même demandé de faire cette étude, et mes collaborateurs et moi connaissions bien ces documents. Des mesures ont été prises qui ont commencé à porter des fruits, dont certains déjà sont visibles.

Je tiens à vous garantir que ce triste fait ne m’écarte en rien du travail de réforme entrepris avec mes collaborateurs et votre soutien à tous. Oui, avec le soutien de toute l’Église, car l’Église se renouvelle par la prière et la sainteté quotidienne de chaque baptisé.

Je vous dis donc merci et vous demande de continuer à prier pour le pape et pour l’Église, sans vous laisser troubler, mais en avançant avec confiance et espérance.

Aujourd’hui, en Italie, on célèbre la Journée du remerciement, qui a pour thème cette année : « Le sol. Un bien commun ». Je m’associe aux évêques pour souhaiter que tout le monde agisse en administrateurs responsables d’un bien collectif précieux, la Terre, dont les fruits ont une destination universelle. Je suis proche avec gratitude du monde agricole, et j’encourage à cultiver la terre en protégeant sa fertilité afin qu’elle produise de la nourriture pour tous, aujourd’hui et pour les générations à venir. Dans ce contexte, a lieu à Rome la Journée diocésaine pour la bonne conservation de la Création, enrichie cette année d’une « Marche pour la Terre ».

Demain, à Florence, s’ouvrira le 5e Congrès national de l’Église italienne, en présence des évêques et représentants de tous les diocèses italiens. Ce congrès est un important événement de communion et de réflexion auquel j’aurai la joie de participer moi aussi, mardi prochain, après un bref passage à Prato.

Je fais à tous, Romains et pèlerins, mes plus chaleureuses salutations. Je salue en particulier les étudiants français de la région parisienne, les fidèles du Japon et de Pologne, et de Suède. Mes salutations vont également à l’Ordre des frères Prêcheurs – les Dominicains – qui a ouvert hier le huitième centenaire de sa fondation. Que le Seigneur, à cette occasion, vous remplisse de sa bénédiction. Et merci infiniment pour tout ce que vous faites dans et pour l’Église!

Je vous souhaite à tous un bon dimanche. Et n’oubliez pas de prier pour moi ! Bon déjeuner et au revoir.

© Traduction de Zenit, Océane Le Gall

 

Pape François voyage en Italie ou Pv-en-Ita

Menu-Pape-Francois-voyage-en-Italie-ou-PFv-en-Ita.html
Ce texte leur appartient
 
       

Pour lire les tweets du Pape François

cliquer sur ce logo

ou

Menu-Pape-Francois-L-Ensemble-des-tweets-du-jour.html


En tout temps vous pouvez revenir à la page Menu Principale
 
 
  index.html dchristiaenssens@hotmail.com  
 
Comme le papillon allez maintenant à vôtre tour porter la Bonne Nouvelle de Dieu et faire aussi connaître mon site merci beaucoup.