card. Murphy-O'Connor
"François, vie et révolution", un livre présenté par le card. Murphy-O'Connor
La pastorale du "face à face"
 

"François, vie et révolution", un livre présenté par le card. Murphy-O'Connor -La pastorale du "face à face"

Anne Kurian-ROME, 18 janvier 2014

- « [Le pape François] a toujours dit qu’il ne concevait qu’une seule pastorale, celle du face à face », souligne le cardinal Murphy-O’ Connor, en présentant la biographie « François, vie et révolution », le 14 janvier, à Rome.

L’ouvrage, rédigé par la journaliste argentine Elisabetta Piqué, correspondante de « La Nacion » à Buenos Aires et édité par « Lindau », a été présenté par le cardinal anglais Cormac Murphy-O’ Connor, le rabbin argentin Abraham Skorka, recteur du Séminaire rabbinique latino-américain de Buenos Aires, le jésuite argentin Humberto Miguel Yanez, ordonné prêtre par le cardinal Bergoglio, et professeur à la Grégorienne. Giuseppe Rusconi évoque cette rencontre, sur son site Rosso Porpora.

« Jorge Mario Bergoglio a été très influencé par sa grand-mère, par sa famille, par l’Eglise locale, par la foi populaire, par l’école et par les jésuites », a déclaré le cardinal Murphy-O’connor, estimant que le pape « guide les personnes d’une main ferme tout en ayant une profonde dimension spirituelle. Il a toujours dit qu’il ne concevait qu’une seule pastorale, celle du face à face ».

Bien qu’il « ne faille pas faire peser sur le nouveau pape des attentes exagérées », cependant « la majorité de ceux qui ont voté le cardinal Bergoglio au conclave ne s’attendait pas à tant d’air frais », a-t-il ajouté.

Le cardinal a également rendu hommage à Benoît XVI: « Je pense que l’histoire saura apprécier tout ce qu’a fait Benoît XVI comme théologien et comme pasteur ». Entre François et Benoît XVI « il y a des différences de style, mais pas de doctrine. Pour le pape François, la réception et l’actualisation du Concile sont très importantes », a-t-il conclu.

« En octobre 2012, le Grand Chancelier de l’université catholique de Buenos Aires – cardinal Bergoglio – eut un geste révolutionnaire, le premier en Amérique Latine : il me conféra, à moi, juif, rabbin, le doctorat honoris causa. Et il me dit: "Vous ne pouvez imaginer combien j’ai rêvé un moment comme celui-ci" », témoigne le Rabbin Skorka.

C’est au rabbin, devenu son ami, que le nouveau pape téléphonera à la veille de son intronisation, en lui disant : « Tu vois ça, ils m’ont pris à Rome et ne me laissent pas partir. »

Pour le P. Yanez, « Jorge Mario Bergoglio est une personnalité très difficile à étiqueter : pour certains il est marxiste, pour d’autres ultraconservateurs, mais il n’est ni l’un ni l’autre… C’est un homme clairvoyant, il a fait beaucoup en dialoguant avec tout le monde. C’est aussi un homme très réservé ».

Elisabetta Piqué, qui a connu Jorge Mario Bergoglio en 2001, quand il est venu à Rome pour recevoir la pourpre cardinalice, a expliqué que le terme « révolution » convenait au titre du livre : « On l’a vu dès le premier instant, quand il est apparu à la Loge de Saint-Pierre sans la petite cape rouge, sans les chaussures rouges, sans la Croix et il s’est incliné devant le peuple, a demandé sa bénédiction… Le pape François ne parle pas, il agit. Il prêche par l’exemple. On trouve chez lui deux révolutions : celle de l’ouverture vers les non croyants et celle qui touche au changement interne de l’Eglise ».

Avec Océane Le Gall pour la traduction

 
Cardinaux sur une seul page
Menu-Cardinaux.html
cette page appartient
 
       

Pour lire les tweets du Pape François
cliquer sur ce logo

ou


Menu-Pape-Francois-L-Ensemble-des-tweets-du-jour.html


En tout temps vous pouvez revenir à la page Menu Principale
 
 
  index.html dchristiaenssens@hotmail.com  
 
Comme le papillon allez maintenant à vôtre tour porter la Bonne Nouvelle de Dieu et faire aussi connaître mon site merci beaucoup.